Arthur Kamber
Rente ou capital?
Do it yourself

Rente ou capital?

Valable au 31 décembre 2011.  Une mise à jour est nécessaire.

Le règlement de la Caisse de pension LPP vous autorise à prendre votre retraite sous forme de capital. Vous hésitez.  Voici quelques critères -non exhaustifs- pour vous permettre de décider des proportions qui vous conviennent le mieux.

Quelques raisons de préférer la rente.

La rente génère un rendement régulier (H 6,95% F 6,90% en 2011) et relativement élevé jusqu'à la fin de ma vie, quoique les projets portent ces taux à la baisse (il est prévu 6,8% d'ici à 2014). Toutefois, le peuple a refusé une baisse plus forte (à 6,4%)     lors de la votation populaire du 7 mars 2010. )

Mon espérance de vie est élevée et par conséquent, je compte toucher beaucoup de rentes.

Je ne veux pas me soucier de gérer ni de confier la gestion d'un capital à un tiers.

Je désire me prémunir contre un déclin de mes facultés mentales qui me rendraient plus vulnérable.

J'ai effectué un rachat de lacune LPP récemment (il y a moins de trois ans), donc sa déductibilité sera remise en question si je prends le capital.

Prendre la rente m'évite de devoir payer un impôt sur la fortune sur le capital LPP.

Selon la situation, en cas d'acceptation de l'initiative introduisant un impôt de succession de 20%, le solde de mon capital restant à mon décès pourrait être taxé auprès de mes enfants. 

Quelques raisons de préférer le capital

Remarques préliminaires: attention, annoncer assez tôt et par écrit votre intention de prendre le capital.

Généralement, mon conjoint et surtout mes enfants seront favorisés si je décède sans avoir entièrement entamé le capital (cf. votre règlement de caisse de pension: en général en 2008,  droit de rente après décès du conjoint 60%, de l'orphelin 20% jusqu'à 25 ans).  Prendre le capital est particulièrement judicieux  lorsqu'il est assez important pour me permettre de vivre pratiquement que de son rendement (ou que mes autres avoirs me dispensent de l'entamer).

Selon le règlement de la caisse de pension, cela vaut d'autant plus pour mon/ma concubin(e).

Je désire gérer ou faire gérer mon patrimoine moi-même en choisissant un ou plusieurs professionnels que je mandate et que je peux congédier en cas d'insuccès.

La rente LPP est entièrement ajoutée à mes autres revenus  imposables en Suisse. En prenant le capital LPP, j'évite que cet élément de revenu -la rente- soit taxé à un taux qui s'élève progressivement. Ainsi, mon rendement après impôts et frais bancaires sera meilleur. C'est particulièrement important si je me situe dans une tranche de progression élevée de taux d'impôt sur l'ensemble de mes revenus. Toutefois, le cas échéant, je tiendrai compte de l'impact négatif de l'impôt sur la fortune.

Je suis pessimiste pour l'avenir de la prévoyance.  En effet, à long terme, je crains que les engagements LPP ne puissent être tenus qu'au prix d'une augmentation des impôts sur les rentes ou d'une réduction des rentes ou encore d'une inflation permettant de payer en monnaie "alllégée" les prestations promises, les rentes n'étant pas forcément indexées à l'inflation.

Les quatre sorcières: rendements bas des placements, rentes servies à des taux irréalistes de quelque 6,8 à 7%, allongement de l'espérance de vie,  pyramide des âges défavorable (deux actifs pour un retraité en 2035, contre 6,8 actifs pour un retraité lors de l'introduction de l'AVS en 1948). Si cette situation perdure, le système devra être modifié,  sans quoi nous aurions un système proche de la tristement célèbre chaîne de Ponzi (les rentes seraient financées par les cotisants essentiellement).

Dans ce contexte, je préfère rester libre d'investir  hors du champ de l'impôt dans des placements me protégeant de l'inflation.

Le fonds de garantie de la confédération ne couvre pas nécessairement la totalité des prestations en cas de problème de la fondation de mon employeur (salaire maximum de CHF 125'280.- couvert en  2011).

En cas de départ à l'étranger, je ne suis plus exposé ma vie durant à un impôt suisse à la source sur les rentes.

Le choix du capital m'avantage sur le plan fiscal. Un impôt unique est certes dû, mais par la suite soit j'escompte réaliser des gains en capitaux francs d'impôts, soit je serai domicilié dans un pays à faible imposition.

Prendre le capital élargit ma marge de manoeuvre pour une planification fiscale avantageant l'ensemble de ma famille. Je serai également en mesure de mieux organiser ma succession de mon vivant au profit fiscal de tout ou partie de ma famille.  

Addenda
Prendre le capital LPP pour financer une police d'assurance vie n'est que rarement intéressant.   Cette décision est-elle à l'avantage de mon conjoint et de mes enfants? Si je désire favoriser mon conjoint et mes enfants (cf. point 1 ci-devant), autant épargner sur ma rente LPP pour laisser du patrimoine dans ma succession ou prendre une partie de ma LPP en capital et la (faire) gérer de manière optimale.



AccueilPublications PrévoyanceSuccessionBudgetOpinions critiquesContactsRetraite en Suisse/Retirement: Switzerland. Lump sum TaxTips